50 ans de Murrplastik

Interview du fondateur de la société, Horst Hölzl, et de sa fille Cornelia Hölzl, directrice de la société Murrplastik Verwaltungs- und Beteiligungs-GmbH.

Monsieur Hölzl, que me répondez-vous si je vous dis : pinces à linge et pots de fleurs ?

HORST HÖLZL (Rire) Oui, oui c'était les débuts, à la fin des années 60. Qui aurait pu prévoir que tout cela allait se développer de cette manière ? Avec Andreas Fröhlich, j'ai alors développé un automate pour la fabrication de ressorts à double cintrage. Cela a permis de reconcevoir entièrement la production des pinces à linge.
C'est cela, ou plus exactement les recettes dues aux licences, qui a constitué la base de la société Murrplastik.

Vous avez apporté le capital social pour la fondation de la société Murrplastik sans aucune garantie bancaire ?

HORST HÖLZL Exactement. Avec le capital de départ provenant des paiements des licences pour l'automate, Andreas Fröhlich et moi avons pu financer nos participations pour la fondation de la société Murrplastik avec notre propre argent. D'une part, il y a eu 10.000 DM pour la fondation de la GmbH et d'autre part 30.000 DM supplémentaires pour la construction du premier atelier de fabrication. Donc 80.000 DM au total. J'étais un jeune homme à l'époque et cette "startup", c'était déjà énorme pour moi.

Madame Hölzl, en tant que directrice de la holding Murrplastik, plus exactement de la Murrplastik Verwaltungs- und Beteiligungs-GmbH, vous avez déjà repris depuis des années les activités opérationnelles de votre père. Selon vous, une "success story" semblable à cette de votre père, c'est à dire du garage au marché mondial, serait-elle imaginable aujourd'hui ?

CORNELIA HÖLZL De nos jours, cela serait bien sûr possible, mais uniquement dans certaines conditions. Il faut savoir que la période d'après-guerre, c'était un période très différente de la nôtre. Des sociétés comme Stihl, Trumpf, Eisenmann, Frech , pour n'en citer que quelques-unes dans notre voisinage immédiat, ont conquis leur position actuelle sur le marché grâce à des innovations sortant des sentiers battus. Les marchés sont aujourd'hui bien plus fermés qu'il y a 50 ans. Par conséquent, nous devons considérer nos efforts de recherche et développement comme des processus permanents.

Avec plus de 160 brevets, le groupe Murrplastik n'est quand même pas mal placé ?

CORNELA HÖLZL Bien sûr, mais nous ne devons pas nous reposer sur nos lauriers. Avec la fondation de la société Murrplastik Innovationstechnik GmbH, cette année, nous avons voulu regrouper toutes nos ressources en termes d'innovation dans une unité autonome et les mettre à la disposition de l'ensemble du groupe Murrplastik. Afin de faire des entreprises familiales de premier plan, nous devons nous battre pour conserver nos avantages vis-à-vis de la concurrence.

Murrplastik a donc également résolu avec succès la question de la succession.

CORNELIA HÖLZL En effet. Nous nous sommes entendus très tôt dans la famille en ce qui concerne la transition.

Monsieur Hölzl, expliquez-nous ceci : Le groupe Murrplastik s'est aujourd'hui imposé en tant que fournisseur dans les secteurs de l'automobile, du génie mécanique ainsi dans les domaines ferroviaire et médical. Comment arrive-t-on à cela en partant des pinces à linge et des pots de fleurs ?

HORST HÖLZL (sourire) Cela semble peut-être étrange ... Je ne suis certainement pas le bricoleur classique qui gamberge pendant des années puis surgit de sa cave ou de son garage avec son invention en criant "Eurêka !".

Mais alors, comment cela s'est-il passé ?

HORST HÖLZL Je me suis toujours demandé comment simplifier la vie, comment simplifier les processus, que ce soit à la maison, dans une voiture, dans le domaine de la construction de machines ou de la fabrication dans une entreprise industrielle. C'est donc la réalité pratique, donc la vie réelle qui m'inspire des améliorations. Cela a toujours été la motivation de tous mes développements et demandes de brevets. Cela explique certainement que certains de ces développements constituent la base de produits très appréciés sur le marché.

CORNELIA HÖLZL Aujourd'hui, on dirait : "Inspired by Reality". Mon père a depuis toujours un bloc-notes et un crayon à portée de main de façon à pouvoir noter ses idées à tout moment. Au restaurant, il faut donc éloigner sa serviette. Ce n'est donc pas étonnant qu'il enregistre aujourd'hui encore, à 80 ans, plusieurs brevets par an.

Et il n'y a jamais eu d'échecs ?

HORST HÖLZL (rire) Bien entendu, il y a eu des développements mal réalisés ou bien nous avons tout simplement mal évalué les besoins du marché, et donc des clients. Cependant, nous n'avons jamais lancé sur le marché des produits sur lesquels nous avions tout misé. Bien entendu, il faut bien prendre certains risques avec tout nouveau développement. C'est dans la nature des choses. Les coûts, les risques et une gamme de produits équilibrée sont toujours des préoccuparions importantes. La société Murrplastik s'est ainsi développée en permanence et avec succès.

Monsieur Hölzl, lorsque vous faites le bilan de ces 50 dernières années, quel est votre meilleur souvenir ?

HORST HÖLZL Les personnes : les partenaires, les collègues et les clients. Mon succès est également dû à ceux qui m'ont accompagné, amis ou bienfaiteurs. Karl Hüller, alors propriétaire de la société Hüller GmbH de Ludwigsburg, fait partie de ceux-là. En même temps que la création de la société Murrplastik, je suis entré en 1965 en tant que responsable de construction chez Hüller, dans le nouveau service de technologie NC. Il faut savoir que la technologie NC en était encore à ses débuts. Karl Hüller a reconnu très tôt le potentiel de cette nouvelle technologie. Avec Karl Hüller, j'ai pu participer activement à cette transition technologique, dans le domaine du génie mécanique, vers des systèmes à commandes numériques, donc vers la technologie NC. Aujourd'hui, on utilise des commandes par ordinateurs, avant on utilisait encore des cartes perforées, mais le principe est resté le même. Le Hubomat, avec technologie NC, breveté par Karl Hüller et moi-même était très en avance sur son temps et a été un succès économique.

Monsieur Hölzl, la société Murrplastik n'a cependant pas été votre "enfant unique". Vous avez élaboré de multiples projets. Comment en êtes-vous arrivé là ?

HORST HÖLZL Ma grand-mère a eu une influence décisive. En 1975, Hüller a été rachetée par la société ThyssenKrupp AG et mon service a été délocalisé dans la Ruhr. Je me suis souvenu du dicton de ma grand-mère : "Il vaut mieux être un petit maître qu'un grand valet." Je suis donc resté ici. En plus de l'extension de la société Murrplastik, j'ai fondé en 1976, avec mes collègues Max Roßkopf, Hansjörg Romann et Ulrich Stabernack, la société teamtechnik GmbH à Freiberg. La société teamtechnik a été un succès et l'est toujours aujourd'hui. Une année auparavant, dans en 1975, Franz Hafner, Andreas Fröhlich et moi-même avions fondé la société Murrelektronik à Oppenweiler.

La création de trois sociétés n'était-elle pas problématique pour une jeune famille ?

CORNELIA HÖLZL Bien entendu, mon père était constamment en déplacement. Mais il m'a également transmis le "virus Murrplastik" et m'a appris à avoir du plaisir à faire avancer les choses. Je savais dès l'enfant ce qui m'attendait. Jeune fille, j'ai pu l'accompagner en vacances chez des partenaires commerciaux dans le monde entier.

Votre carrière était donc toute tracée, dans une certaine mesure ? On pourrait même parler de prédestination ?

CORNELIA HÖLZL (rire) Oui, avec le recul, je pense que c'est peut-être le cas. Bien sûr, je ne pouvais m'imaginer, après mes études, travailler dans l'entreprise familiale. Mais après mes années d'expériences dans le monde entier chez Trumpf, j'ai eu de plus en plus envie de marcher dans les pas de mon père. Je n'ai jamais regretté ma décision. Nous avons une équipe formidable chez Murrplastik. Et très honnêtement : Je suis heureuse chaque jour d'aller au travail.

Monsieur Hölzl, comment la société Murrplastik est-elle devenue ce qu'elle est aujourd'hui ?

HORST HÖLZL Les années 1975 à 1985 ont constitué l'impulsion décisive qui ont fait apparaître la société Murrplastik moderne. Avec l'entrée de Rainer Funk en 1979 dans la direction de la société Murrplastik, ont été fondées d'une part Murrplastik Systemtechnik et d'autre part Murrplastik Produktionstechnik. Depuis 1992, ces deux départements sont devenus deux entreprises autonomes, avec leurs propres directions et leurs propres structures de distribution. Tandis que la société Murrplastik Systemtechnik est devenue fournisseur et partenaire des fabricants d'automates et de machines-outils, la société Murrplastik Produktionstechnik est devenue fournisseur de l'industrie automobile.

Vosu n'étiez donc plus aux commandes ?

HORST HÖLZL Exactement. Les développements et les décisions ont toujours été conçus en commun au sein des équipes du groupe Murrplastik. Il faut savoir qu'à la fin des années 70, le génie mécanique en Allemagne a fait des progrès considérables. La technologie CNC, les automatisations et l'utilisation croissante de l'électronique ont caractérisé cette évolution. Des équipes et organisations fonctionnant bien sont un facteur décisif de réussite.

CORNELIA HÖLZL Au cours de cette période ont été développés, chez Murrplastik, des produits qui existent encore aujourd'hui. Ce sont ce qu'on pourrait appeler nos "vaches à lait". La première chaîne porte-câbles ouvrable au monde a été fabriquée et brevetée au cours de cette période. Elle devenue le standard actuel. Les chaînes porte-câbles fermées étaient alors la norme et les temps de montage et d'entretien étaient donc très longs. Au milieu des années 80, a été introduite l'identification Adermark, connue dans le monde entier. Il s'agissait de la première identification universelle et assistée par ordinateur pour les monoconducteurs et les bornes dans les armoires de commande.

HORST HÖLZL Dans la société Murrplastik Produktionstechnik, après la division en 1995, a été introduite la fabrication en grande série entièrement automatique de pièces techniques en matière plastique. Des robots de montage ont également été intégrés dans la fabrication. L'étape suivante fut l'introduction de techniques d'injection hybrides. La combinaison d'une matière plastique thermoplastique avec du métal a alors pu être effectuée en une seule étape de processus. Entretemps, la société Murrplastik Produktionstechnik est devenue un des leaders dans le domaine des actionneurs pneumatiques en matière plastique pour l'industrie automobile européenne.

Monsieur Hölzl, madame Hölzl, quel regard portez-vous sur la réussite de Murrplastik dont vous êtes le plus fiers ?

HORST HÖLZL Je n'ai pas de projets ou d'inventions précises en tête. En somme, la société Murrplastik est aujourd'hui une entreprise innovante et réputée dans le monde entier qui a incarné beaucoup de nos nombreuses idées et visions : "Comment peut-on améliorer la vie de nos clients", en d'autres termes : La réduction du temps de montage a toujours été au centre de nos préoccupations. Je m'en réjouis d'autant plus qu'aujourd'hui je suis impliqué en tant que consultant sénior dans de nombreux développements et qu'on me demande conseil.

CORNELIA HÖLZL Je vais vous expliquer ma vision de l'avenir. Je pense que nous avons envoyé les bons signaux pour le futur. Avec la création de la société Murrplastik Innovationstechnik GmbH nous démontrons que le principe de notre travail repose sur des avancées technologiques. L'année prochaine, notre centre de logistique, d'essais et de production d'Oppenweiler sera terminé. C'est pour nous un témoignage clair en faveur du site d'Oppenweiler et du "Made in Germany". En outre, l'engagement social me tient particulièrement à cœur. Selon la devise "Educate one World", nous avons mis en place des projets à long terme de formations et d'écoles au Sri Lanka. Je suis fermement convaincue que la formation est la condition préalable de tout développement positif. Et bien entendu, nous accueillons avec joie tout soutien à l'association EDUCATE ONE WORLD e.V.

Madame Hölzl, Monsieur Hölzl, merci pour cette conversation.



Cornelia Hölzl
Directrice


Horst Hölzl
Fondateur de la société